Portrait du mois : découvrez le métier de Sourcing & Campus Manager chez Moovijob avec Nicolas, « Il n’y a pas besoin d’être quelqu’un d’autre pour être différent. »

Marion Peteravatar

Am 08/06/2022, von Marion Peter veröffentlicht

« Le portrait du mois » : on sait que vous aimez beaucoup cette série, ancrée dans le réel et forte de vraies tranches de vie.


Après le portrait de notre ravissante collègue Elisabeth, c'est au tour de Nicolas NGUYEN, Sourcing & Campus Manager chez Moovijob de se prêter au jeu !

Une interview pleine de bons conseils et de bonnes ondes... 👇


Hello Nicolas, peux-tu nous parler un peu de toi et nous en dire un peu plus sur ton parcours ?


C’est le parcours d’un asiatique qui a fait du ping pong, du kung-fu et a commencé ses études en IT.

Honnêtement, il n’y a rien de plus stéréotypé que moi-même. Je suis né avec le starter pack du parfait asiatique, d’ailleurs, vous pouvez aussi m’appeler Taï. 😉


J’ai appris l’allemand dès mon plus jeune âge, j’ai fait mes études à l’Université de Metz et je reste très attaché à cette ville, je suis un vrai produit de la région ! Par la suite, j’ai eu envie de développer mes compétences en langues étrangères, dans les différentes disciplines que sont la finance, le marketing et le recrutement.


Et boom, c’est le choc ! Je me retrouve en LEA (Langues Etrangères Appliquées).


Je découvre la grammaire, les secrets de la traduction, j’en suis très ravi alors je décide de partir faire un stage de 3 mois à Dublin, au sein d’une agence de placement. Grâce à cette expérience, je découvre le marketing, la communication, l’envoi d’emails et je parfais mon anglais (en roulant les « R »). 


Je réalise que j’y prend goût et oriente mon 2e stage dans un cabinet de recrutement au Luxembourg, en tant que chargé de recrutement : une bonne expérience qui me met le pied à l’étrier et m’aide à comprendre les diverses missions liées à ce métier.


J'ai connu Moovijob grâce à un salon de recrutement qui a eu lieu à Metz. Une 1ère rencontre non concluante et puis…


En mars 2015, l’aventure Moovijob commence…


...Tout d'abord en tant que stagiaire (grâce à Moovijob.com). 😉

Par la suite, j'ai évolué en tant que Sourcing & Campus Manager. Un véritable défi !


Ces dernières années, j’ai eu l’occasion de travailler sur les problématiques de Sourcing candidats à travers :

  • Les relations écoles,
  • Les médias : sites communautaires, réseaux sociaux,
  • Les partenaires : institutions liées à l’emploi et les associations.


C’est un travail riche en interactions et en possibilités, qui nourrit ma faim de curiosité.


Qu'est-ce qui te donne envie de te lever le matin ?


Je crois que c’est le projet Moovijob et tout l’écosystème qui gravite autour : collègues, partenaires, employeurs, candidats.


Nous, c’est l’Emploi.


On compte sur nous, on croit en nous et de mon côté, je trouve un sens à ce que je fais.


Une journée type avec Nicolas, ça donne quoi exactement ?


A présent, vous êtes dans la peau d’un sourceur. Un réveil éclair et en deux temps trois mouvements je suis déjà à la gare. Dans le train, j’ai 4 options : je continue ma nuit, je scroll les news, je continue ma série Netflix ou je lis. Bon d’accord, vous m’avez cerné, je dors.


Pour les personnes réveillées, je vous assure, c’est une bonne façon de commencer la journée. Le train n’est généralement pas bondé au petit matin et vous avez la possibilité de vaquer à vos occupations, pendant que le petit train-train s’occupe de vous acheminer tranquillement au Luxembourg.


Une fois arrivé au bureau, c’est la chope d’eau. Ça fait du bien d’hydrater son cerveau !


Mon quotidien est rythmé par la gestion du site d’offres d’emploi Moovijob.com et les évènements de recrutement que nous organisons tout au long de l’année.


Mes 2 objectifs principaux (pour résumer) :

  • M’assurer que le site Moovijob.com soit fonctionnel et que les annonces d’emploi soient visibles auprès des candidats,
  • M’assurer de la bonne organisation des évènements Moovijob.


Je vérifie également la disponibilité des offres, les retours en termes de candidatures et j’effectue un suivi des actions mises en place pour les annonces qui fonctionnent moins bien.


Mes journées ne se ressemblent pas, cela dépend vraiment de la diversité des offres sur lesquelles je travaille : un jour je cherche des coiffeurs, le lendemain je me focalise sur la recherche de comptables et le surlendemain je m’intéresse aux techniciens en bâtiment.

Mon travail m’amène à utiliser une palette de compétences assez large en passant par le Sourcing, le campus management, le marketing et les langues étrangères.


En période d’évènement, mon emploi du temps est assez chargé, mais le rétroplanning des actions et la réunion du lundi me donne les ordres du jour. Dans la globalité :

  • L'équipe Sourcing et moi-même assurons d’apporter les réponses aux candidats et recruteurs ayant des questions concernant la participation aux prochains évènements,
  • Je veille à ce que nos stratégies de recherche de candidats soient déployées et que toute l’équipe Sourcing ait activé le mode « sourceur ».


Au final, mon quotidien, c’est plus qu’un poste 9h-18h, c’est plus qu’une job description, c’est un voyage sans fin, une quête de compétences pour satisfaire les deux parties prenantes du recrutement : employeurs et candidats.


Quels conseils donnerais-tu aux personnes à la recherche d’un emploi et qui souhaitent se différencier ?


Rester soi-même :


Il n’y a pas besoin d’être quelqu’un d’autre pour être différent. Dans un monde codifié et où l’apparence peut jouer un rôle important, un recruteur saura toujours apprécier l’authenticité. En tant qu’employeur, notre objectif est de valider les compétences et de valider la personnalité.


Je ne dis pas qu’il faut tout dire à propos de soi, mais donner l’occasion à votre interlocuteur de cerner qui vous êtes et ce que vous êtes capable d’apporter.

 

Chercher le contact :


Au-delà de la simple utilisation du site Moovijob.com, il faut privilégier toutes les pistes de rencontre : une opportunité d’emploi peut ressortir d’une conversation banale au sein de votre propre réseau : famille, amis, voisins, commerçants… ; privilégier les évènements de recrutement (par exemple le Moovijob Day, le Moovijob Night, Unicareers…) : c’est lors de ces manifestations qu’on peut apercevoir, identifier les bons contacts : équipes RH, business et technique.


Ne pas hésiter :


Avec ce genre de formulation, vous êtes capable de tellement de choses.


Ne pas hésiter à :

  • Remercier le contact, pour l’échange à la suite d’un entretien,
  • Relancer par mail, par téléphone, à vous présenter dans les locaux (attention : la relance par mail, par téléphone et la présence dans les locaux sont à modérer en fonction des informations que vous recevez de votre interlocuteur, au risque de paraître trop insistant).


Il faut insister uniquement si vous n’avez pas de retour.

 

Et au contraire, les choses à éviter absolument ?


Faire tout le contraire de ce qui a été mentionné plus haut : surjouer, démarche de recherche d’emploi uniquement virtuelle et faire comme tout le monde.


Te souviens-tu de ta pire expérience professionnelle ?


J’en garde un très mauvais souvenir, c’était lors de mon 2e stage. Le contenu du stage était OK, mais l’encadrement était catastrophique.


Les détails ne sont pas intéressants, mais je vais vous donner quelques indications pour y survivre si cela vous arrive :

  • Tirez profit au maximum de votre expérience,
  • Ne rentrez pas dans le jeu de votre tyran et chassez les pensées négatives. Concentrez-vous sur votre travail,
  • On vous fait des reproches ? Est-ce que c’est justifié ? Prenez du recul et modérez votre remise en question,
  • Ne manquez jamais de respect : faites preuve d’intelligence et quittez le navire quand c’est le meilleur moment pour vous,
  • Cernez la psychologie de votre interlocuteur pour comprendre sa façon d’être et ses attentes.

 

Moovijob en 3 mots, c’est :


…j’ai la chance d’être dans une équipe FUN, COMPETENTE et DYNAMIQUE.


Un mot pour la fin ?


Je terminerais avec cette phrase que j’apprécie beaucoup, de Jean d'Ormesson et qui célèbre la vie : « Merci pour les roses, merci pour les épines. La vie n’est pas une fête perpétuelle, c’est une vallée de larmes. Mais c’est aussi une vallée de roses et si vous parlez des larmes, il ne faut pas oublier des roses et si vous parlez des roses, il ne faut pas oublier les larmes. »

Hat es Ihnen gefallen? Lassen Sie es uns wissen!

Teilen auf